Bi'cause le 27 février : Bi'causerie "Pansexualité ou bisexualité ? Faut-il toujours choisir ?"

Je transmets l’annonce de la prochaine discussion organisée par l’association Bi’cause à Paris lundi prochain 27 février :

Bi’Causerie – Pansexualité ou bisexualité ? Ou faut-il toujours choisir ? (Lundi 27 février)

Se dire « bisexuel », est-ce encore une catégorie ? Les « bi » ont-ils le souhait de se définir dans une catégorie ou, au contraire, pour certains, se référer à une zone de non définition plus proche de leur ressenti et de leur manière de vivre leur sexualité ? Débat.

Centre LGBT, 61-63 rue Beaubourg, 75003 Paris

Après 20 h, sonnez.

Métro : Arts et Métiers, Rambuteau, RER Châtelet – Les Halles
Bus 38, 47, arrêt Grenier Saint-Lazare – Quartier de l’Horloge
Vélib’ stations n° 3010 et n° 3014

Le site Bi’cause, avec leur agenda, est ici. (Au moment où j’écris il semble buguer, mais en général il fonctionne.)

Encore une fois : si vous avez vent d’annonces de réunions, conférences, discussions, etc. en rapport avec la bisexualité, où que ce soit (pas seulement à Paris, donc !), n’hésitez pas à me les transmettre pour que je les relaie ici afin de les faire connaître 🙂

Publicités

Le "Bisexuality Report", un pas en avant pour les bi

Je relaie ici une actualité importante lue sur le site britannique BiMedia : la publication toute récente par l’Open University, le 15 février, d’un document intitulé « The Bisexuality Report », librement téléchargeable en pdf (et en anglais) sur le Bisexual Index.

C’est une étude de fond sur la bisexualité et les bisexuels au Royaume-Uni, qui se concentre sur les questionnements et problèmes spécifiques aux personnes bisexuelles, que ce soit du point de vue de leur quotidien, de leur place dans la communauté LGBT ou de leurs représentations dans les médias et les fictions. Adressée à la fois aux médias nationaux et internationaux, aux organismes de recherche et aux organisations LGBT, elle a pour but principal d’œuvrer à une meilleure prise en compte des personnes bisexuelles dans la société.

L’étude a été réalisée conjointement par trois organisations bisexuelles britanniques d’échelle nationale (excusez du peu) : biUK, qui se consacre spécifiquement à la recherche universitaire sur les bi ; le Bisexual Index, un réseau bisexuel militant pour la visiBIlité ; et le magazine bi Bisexual Community News. Quant à l’Open University, c’est une université publique britannique généraliste qui se singularise par le fait qu’elle prodigue uniquement un enseignement à distance (plus d’informations sur son site – en anglais – ou son article Wikipédia en français).

Le rapport, comptant une grosse quarantaine de pages, est très abordable : un peu comme dans les rapports annuels de SOS homophobie, la mise en page est aérée et claire, en couleurs, avec souvent des encadrés et des listes à puces ; les nombreuses références sont regroupées dans des notes de fin. On sent la volonté de faire quelque chose d’accessible et de plaisant à lire (ça compte !).

Je suis très loin d’avoir tout lu (ce serait difficile en ayant découvert le document il y a une demi-heure) mais je ne résiste pas à l’envie de vous donner un premier aperçu détaillé du rapport. C’est parti :

Après la page de sommaire, on commence par une courte introduction (3 pages) qui présente le contenu du rapport et les principaux points qu’il cherche à mettre en avant.

Vient ensuite, à la page 6, une excellente idée : une courte liste de « recommandations-clés » aux lecteurs visés pour améliorer la prise en compte des personnes bisexuelles. Ces conseils, courts et directs, pourraient être envoyées par mail tels quels à toutes les organisations et médias LGBT. Les deux pages suivantes contiennent d’autres conseils plus détaillés adressés spécifiquement aux différents publics du rapport : les organisations LGBT, la justice, le milieu éducatif, les entreprises, le milieu du sport, les médias, les métiers de la santé.

On entre alors dans le corps du rapport, qui se divise en six chapitres :

Les définitions de la bisexualité. Plusieurs terminologies sont comparées. La distinction est faite entre les sentiments bisexuels, le comportement bisexuel et enfin l’identité bi (les gens qui se déclarent bisexuels) : tous ne se recouvrent pas, chaque ensemble inclut les suivants. Sont aussi évoqués les « alliés bisexuels », autrement dits les proches, parents, amis et bi-friendly en général. Enfin, un paragraphe tente d’évaluer le nombre de personnes bisexuelles (au Royaume-Uni uniquement).

Les spécificités des personnes bisexuelles. Le chapitre aborde d’abord le phénomène d’invisibilisation (le mot est désagréable, tant mieux, la chose aussi !) des bi et leur exclusion. Il évoque ensuite les représentations des bi dans les médias. Il parle ensuite des problèmes propres au coming out bi. Il se termine par une courte évocation des communautés bisexuelles, centrée sur la communauté bi britannique.

La biphobie. Après une évocation générale de l’homophobie, de l’hétérosexisme et de l’hétéronormalité, phénomènes auxquels les bi sont aussi confrontés, le chapitre définit ce qu’est la biphobie (une hostilité envers les personnes spécifiquement attirées par plus d’un genre, sensible dans les attitudes, les comportements, voire dans des organisations) et les principales formes qu’elle prend (déni de l’existence de la bisexualité, invisibilisation de la bisexualité, exclusion, marginalisation et stéréotypes négatifs). Le chapitre décrit ensuite le phénomène de double discrimination auquel les bi peuvent être confrontés (à la fois de la part de personnes hétérosexuelles et de personnes homosexuelles). Une partie sur les crimes et les violences aborde la question de la loi et les discriminations biphobes auxquelles les bi victimes de violence peuvent être confrontés (même dans les refuges). Le chapitre se termine par des évocations détaillées des formes que prend la biphobie à l’école, au travail, et dans les milieux sportifs.

Bisexualité et santé. Ce chapitre court donne des statistiques alarmantes et des informations sur la santé physique, mentale et sexuelle des personnes bi. Les statistiques alarmantes concernent les taux de dépression et de suicide chez les personnes bisexuelles (tous genres confondus), qui dépassent de loin les moyennes constatées pour les personnes hétérosexuelles, mais aussi celles constatées chez les gays et les lesbiennes : il y a donc un mal-être propre aux personnes bisexuelles, qui avait été ignoré jusque là puisque les bi étaient systématiquement regroupés avec les gays/lesbiennes dans les études précédentes.

Intersections avec la bisexualité. Le titre de ce chapitre peut paraître un peu obscur. Il se réfère au concept d’intersectionnalité, employé en sociologie et en plein développement dans les milieux universitaires anglo-saxons, mais encore trop peu connu en France. Le principe est très simple : la recherche a commencé par s’intéresser à l’homosexualité et à l’homophobie d’un côté, aux ségrégations raciales et au racisme d’un autre côté, et à l’étude des différentes catégories et milieux sociaux d’un troisième côté. Mais en réalité, les trois statuts ne sont pas du tout étanches : on peut très bien être un Noir homosexuel pauvre, ou une transsexuelle FtM (femme-vers-homme) d’un milieu aisé. On a donc commencé à réaliser des études croisées sur les intersections entre ces différents statuts et phénomènes, ce qui permet, d’une part, de prendre en compte la grande complexité des situations (il ne suffit pas d’additionner différentes discriminations pour comprendre ce qui se passe vraiment : ce serait trop simple), et, d’autre part, de mettre en avant des mécanismes sociaux communs aux différentes discriminations, aux différents phénomènes communautaires, etc. (La parenthèse est un peu longue, mais ces études croisées sont passionnantes et encore trop peu connues sous nos latitudes.)

Ce chapitre du rapport décrit donc la bisexualité et la biphobie tels que les vivent différents groupes sociaux abordés selon différents critères : la « race » et la culture ; le genre ; les styles de relations ; les pratiques sexuelles ; l’âge ; la validité ou le handicap ; la religion ; le niveau d’éducation, l’emploi et la classe sociale ; et enfin la situation géographique. Chaque sous-partie est assez courte, mais l’ensemble arrive à balayer un nombre impressionnant de sujets et à prendre en compte un grand nombre de facettes de la société.

Les expériences bisexuelles positives. Le dernier chapitre explique… ce qui va bien ! Autrement dit, la façon dont leur expérience de la bisexualité a permis aux bi de s’épanouir. Le chapitre a pour but avoué d’éviter de présenter les personnes bisexuelles comme des « cas », des gens à problème ou frappés d’une pathologie. L’écueil inverse serait de penser que la bisexualité rend forcément les gens meilleurs (je doute que ce soit le cas), mais le chapitre n’y tombe pas non plus. Bon, c’est court, deux pages, mais c’est une touche finale plus rassurante après la masse de questionnements et de problèmes soulevées par les chapitres précédents.

Le rapport se termine par une bibliographie succinte (2 pages) donnant les références des principaux rapports sur la bisexualité, puis les principaux ouvrages sur la question, et enfin les ressources en ligne. Gros défaut de cette bibliographie à mon sens : elle est très anglo-saxonno-centrée, intégralement anglophone et composée uniquement d’ouvrages ou de sites soit britanniques, soit américains. C’est probablement volontaire par rapport aux publics visés, mais un mot sur le reste du monde n’aurait tué personne, je pense.

On a ensuite un glossaire très complet de quatre pages, puis une page avec un paragraphe sur l’organisation biUK, et enfin les notes de fin. Le quatrième de couverture arbore les logos de pas mal d’associations bi ou de partenaires.

Ce Bisexuality Report montre un effort de synthèse et une volonté militante remarquables. Le résultat est un document pas trop long mais extrêmement riche, bourré de statistiques et d’informations sur la communauté bi, et assez rempli de conseils et de références de bouquins et de sites Web pour se hisser au rang de véritable petit manuel du militant bi. Il témoigne à la fois d’une ouverture louable de la part de l’université aux recherches sur la bisexualité et de la grande vitalité de la communauté bi outre-Manche. Problème pour nous : même si pas mal de constats généraux et de conseils s’appliqueraient sans grande différence en France, le document reste centré, comme on peut s’y attendre, sur la population du Royaume-Uni. On apprend plein de choses, mais ça n’est pas spécifiquement sur nous.

Du coup, je ne peux que rêver de lire un jour une synthèse aussi complète sur les bi français, et de voir les associations et groupes bi français publier des outils de défense et de militantisme bi aussi bien conçus et accessibles aux non anglophones. Il ne s’agit pas d’imiter servilement ce que font nos voisins, mais il y a tout de même de quoi en prendre de la graine !

En attendant, je ne peux que vous recommander la lecture de ce rapport, qui est une petite mine et qui attire l’attention sur toutes sortes de phénomènes de discriminations également à l’œuvre en France. Et j’espère que les médias LGBT daigneront en dire un mot, car il me semble qu’une telle synthèse et un tel instrument de prévention de la biphobie est une première pour toutes les communautés bi.

(Et la suite de « Dans la peau d’un bi » va finir par arriver, promis ! Mais je n’ai pas eu une minute à consacrer à ce blog jusqu’à aujourd’hui, et l’actualité me paraissait prioritaire.)

Mise à jour le 20 : Yagg parle du rapport dans un article aujourd’hui : « Royaume-Uni : le Bisexuality Report fait le point sur la situation des bisexuel-le-s britanniques », de Maëlle Le Corre. L’article remet ce rapport dans son contexte (en particulier en parlant du rapport américain dont il s’est inspiré et que je ne connaissais pas) et indique ses futures suites possibles (allons-nous enfin vers un rapport européen sur les bi ? Ce serait une excellente nouvelle !).

Bi'cause le 13 février : Bi'causerie avec l'association afro-caribéenne Tjenbe Red

Un court billet le temps de relayer l’annonce de la prochaine réunion de Bi’cause à Paris :

Bi’causerie
Association TJENBE RED
13 février 2012 – 20 h – Centre LGBT

BI’CAUSE invite des membres de l’association TJENBE RED dans le cadre d’une Bi’causerie organisée le lundi 13 février au centre LGBT.

Tjenbé Rèd est une association afro-caribéenne de lutte contre les discriminations touchant les afro-caribéens LGBT en France métropolitaine et dans les DOM-TOM.
En quelques années, Tjenbé Rèd est devenue l’une des associations LGBT les plus importantes de France, globalement à travers l’Europe de l’Ouest.
Elle connait une certaine notoriété sur le continent africain. Accusée d’être une association strictement communautaire, elle est en réalité à la croisée de plusieurs axes de bataille : lutte contre le racisme, contre l’homophobie, lesbophobie, biphobie, transphobie, sérophobie, contre la misogynie. Mais elle lutte aussi contre la précarité sociale, par exemple. Au final, le respect de l’Autre et la solidarité (à travers la convivialité) sont les priorités de Tjenbé Rèd, association farouchement universelle…
Pour en savoir plus : http://www.tjenbered.fr

Entrée libre
Centre LGBT, 61-63 rue Beaubourg, 75003 Paris
Après 20 h, sonnez.
Métro : Arts et Métiers, Rambuteau, RER Châtelet – Les Halles
Bus 38, 47, arrêt Grenier Saint-Lazare – Quartier de l’Horloge
Vélib’ stations n° 3010 et n° 3014

Bi’causerie est une rencontre organisée par l’association Bi’Cause, autour d’un thème relevant de la « culture bi » : arts, littérature, société… avec la participation d’une personnalité ou d’une association invitée.
Le 2e et le 4e lundi du mois, la Bi’causerie est ouverte aux adhérents, sympathisants, bi friendly, à tous ceux qui s’intéressent à l’univers de la bisexualité. Entrée libre.

(Et la seconde partie de « Dans la peau d’un bi » arrive vite !)