[Événement] Bi'cause à Paris : Bi'envenue ce jeudi 25 avril 2013

LogoBicausePetit
Comme d’habitude, je relaie la soirée mensuelle d’accueil de l’association bisexuelle Bi’cause :
Cher(e)s ami(e)s,
Nous vous donnons rendez-vous pour notre soirée « Bi’envenue »  jeudi 25 avril 2013, à partir de 20 h,
au Banana Café,
13, rue de la Ferronnerie,
75001 Paris, RER Châtelet-Les Halles.La Bi’envenue est le rendez-vous mensuel de l’association Bi’Cause, un temps d’accueil, d’échange, d’expression, d’information, sans thème défini à l’avance.
Chaque dernier jeudi de chaque mois, il est ouvert aux adhérents et sympathisants, nouveaux venus et  bi friendly, à ceux qui veulent en savoir plus sur l’association Bi’Cause, tous ceux qui s’intéressent à la bisexualité.
Descendez directement au piano bar en sous-sol, nous serons là pour vous accueillir ! Et soyez les bi’envenus !
Association Bi’Cause
« Parce que l’amour est un droit… »
Site internet :http://bicause.webou.net (nouveau site)
Infoline et répondeur : 06 44 22 20 62 (nouveau numéro)
Page Facebook : www.facebook.com/Bi.Cause
Compte Twitter : www.twitter.com/Bi_Cause
Adresse postale :  c/o Centre LGBT,61-63 rue Beaubourg, 75003 Paris.
Publicités

Une enquête de SOS Homophobie pour toutes les femmes ayant des relations avec des femmes

L’association SOS Homophobie vient de lancer un questionnaire en ligne destiné à étudier la visibilité et les discriminations dont sont victimes les femmes ayant des relations avec des femmes. L’enquête concerne donc à la fois les lesbiennes, les femmes bi ou pansexuelles, et plus généralement toute femme ayant (ou ayant eu) une relation avec une femme, quelle que soit la façon dont elle se définit.

Le questionnaire, qui se remplit de façon anonyme, prend environ 15 minutes à compléter et restera en ligne jusqu’au 20 juillet, date de la clôture de l’enquête. Il cherche à déterminer dans quelle mesure les femmes interrogées se sentent à l’aise pour montrer leur attirance et vivre au grand jour leurs relations avec des partenaires de même sexe, et dans quelle mesure elles sont victimes de discriminations (la lesbophobie ou la biphobie orientée contre des femmes bi – si, ça existe, c’est même ça qui a conduit à la création de Bi’cause…).

Pour répondre à cette enquête, c’est par ici, sur le site de SOS Homophobie.

Notons que si les questions elles-mêmes sont très bien pensées et prennent en compte énormément de cas de figure possibles, le titre de l’enquête et les intitulés de quelques questions donnent trop l’impression de ne s’adresser qu’aux lesbiennes à l’exclusion des femmes non monosexuelles. Il est un peu dommage, après avoir déployé un tel travail de réflexion sur le questionnaire lui-même, de l’intituler seulement « Enquête s’adressant aux lesbiennes » alors que ça n’aurait pas fait exploser l’espace disque du site d’allonger un peu le titre en disant « toutes les femmes ayant des relations avec des femmes » ou quelque chose de ce genre. C’est aussi un peu étrange de demander soigneusement leur orientation sexuelle aux personnes interrogées, en laissant une grande liberté, pour ensuite intituler la question suivante « Votre visibilité en tant que lesbienne ». Et si on n’est pas lesbienne, on sent le pâté ?

Bon, d’accord, « femmes ayant des relations avec des femmes » ça peut parfois être un peu long à reprendre dans le cours du questionnaire. Mais dans la masse de bouquins et d’articles écrits sur le genre et/ou la théorie queer, il doit bien exister des abréviations pour ça quelque part, non ? A la limite, définir une abréviation puis l’utiliser dans la suite peut être une solution. Un truc comme « FrF » (« femme ayant des relations avec des femmes ») ou « FraF » (« femme ayant des rapports avec des femmes »). Il me semble avoir croisé quelque part une expression et une abréviation équivalentes à propos des hommes ayant des rapports avec des hommes.

Enfin, quitte à râler un peu à ce sujet dans un champ « Autre (précisez) » quelconque, ce questionnaire reste bien fait et sera de toute façon précieux pour connaître les modes de vie des femmes qui aiment des femmes et les discriminations dont elles sont l’objet.