L’association bisexuelle Bi’Cause reconnue d’utilité publique

C’est avec le plus grand plaisir que j’ai appris hier soir que l’Etat français vient de reconnaître d’utilité publique l’association bisexuelle Bi’Cause, qui défend les droits des bisexuel-le-s et pansexuel-le-s en France depuis plus de vingt ans, et dont je fais partie. C’est un pas en avant important et une belle récompense pour tous les militant-e-s ! En leur honneur, le Biplan se fend devant vous de ses plus beaux loopings et acrobaties aériennes ! *Vrombissements enthousiastes* *Crachotements inquiétants* Hum, voilà, on va s’en tenir là pour le moment, l’engin est joueur.

Outre sa portée symbolique dans la reconnaissance de la cause des bi en France, cette décision administrative aura des conséquences pratiques très nettes, puisque désormais vos dons à Bi’Cause vous ouvriront droit à une réduction d’impôt pour don d’un montant égal à 66 % de la somme versée (plus de détails ci-dessous).

J’espère, personnellement, que cette décision pourra s’étendre avec le temps aux autres associations bisexuelles françaises, comme Bi’Loulous dans l’Est ou Bi Visibles à Toulouse.

Je relaie ci-dessous le communiqué de presse de Bi’Cause :

L’administration fiscale française vient de valider la demande de Bi’Cause visant à être reconnue association d’intérêt général !

Depuis sa création en 1997, Bi’Cause élargit et diversifie son objet et son champ d’interventions.
Ainsi, Bi’Cause assure l’accueil, l’écoute, la convivialité notamment au moyen d’événements festifs (pique-niques, soirées, dîners) ou culturels (musées, expositions, théâtre, ciné-club).
Bi’Cause développe la communication non seulement entre les adhérents mais aussi avec le public le plus large via les réseaux sociaux, son site internet et sa page Facebook.

Bi’Cause, dans sa mission d’information du public, inclut une activité constante sur les questions de bien-être et de santé (soutien, prévention, documentation, …), soutient la dynamique associative LGBT, œuvre à la visibilité de la bisexualité, de la pansexualité et
de toutes les orientations et identités non binaires.

Bi’Cause se mobilise toute l’année pour lutter contre les discriminations fondées sur l’orientation, l’identité ou les pratiques sexuelles et pour l’égalité des droits.

Afin de développer la visibilité de cette population, l’association participe aux actions interassociatives de la communauté LGBT (marche des Fiertés LGBT, marche de l’Existrans,TDoR…) ou plus larges (marche contre le Sida, marches contre les violences faites aux femmes…).
De nombreux projets interassociatifs ont été réalisés ou sont en cours: l’enquête sur la bisexualité en 2012, et le rapport en 2015, prolongée par l’enquête à venir sur les phénomènes de discrimination et de rejet (« biphobie ») ; le Monument aux victimes
LGBT ; le Festival des Cultures LGBT ; l’organisation de la Journée Internationale de la Bisexualité (JIB) le 23 septembre ; le développement des actions en régions; la sensibilisation des accueillant-e-s sur la bisexualité…

L’administration fiscale le reconnaît : « Votre association exerce une activité principale non concurrentielle non prise en compte par le marché… gérée de manière désintéressée…, (elle) exerce une activité non lucrative, (…), contribue à la lutte contre la discrimination (et) présente un caractère social et philanthropique.

Bi’Cause se réjouit de cette décision.
Chaque adhésion, chaque don perçu par Bi’Cause (y compris les dépenses personnelles effectuées pour les besoins de l’association) permettront aux donatrices/teurs de bénéficier d’une réduction d’impôt pour don d’un montant égal à 66 % de la somme versée dans la limite de 20 % du revenu imposable.

Association pour la cause bisexuelle
Site internet http://bicause.fr/
Infoline et répondeur : 07 68 01 26 92
Page Facebook : nous retrouver avec l’écriture « Bi.Cause »
Adresse postale : c/o Centre LGBT, 63 rue Beaubourg, 75003 Paris.

L’argent ainsi collecté permettra de développer et de renforcer nos actions au quotidien en faveur de la visibilité, du bien-vivre ensemble, de l’égalité des droits et pour la lutte contre les discriminations.

Pour adhérer à Bi’Cause : https://www.helloasso.com/associations/bicause?banner=True

ou faire un don : https://www.helloasso.com/associations/bicause/collectes/bi-cause-quand-on-aime-on-a-toujours-20-ans

Encore une fois bravo et merci aux fondatrices de Bi’Cause et à tou-te-s les militant-e-s qui s’y sont impliqués depuis 1997. Que vous soyez bi, homo, hétéro, en questionnement ou pas intéressé-e par les étiquettes, soutenez les associations bi : chaque euro, chaque petit soutien (ne serait-ce qu’un message encourageant ou remerciement, la présence à une conférence, ou même un relai d’informations sur Internet et ailleurs) a son importance ! C’est là que se joue la lutte contre l’ignorance, la peur, les discriminations et les idéologies réactionnaires.

Le Biplan après Yagg

Ce billet a été publié à l’ancienne adresse du Biplan, http://biplan.yagg.com/, pour annoncer son déménagement jusqu’ici.

Voici un billet que je rédige le cœur triste, car la liquidation judiciaire de Yagg est une mauvaise nouvelle pour les LGBT de France et de la francophonie. Je voudrais profiter de cette occasion pour remercier une fois encore tou-te-s les journalistes de Yagg pour leurs années de travail sur ce site, mais aussi pour la plate-forme de blogs qu’ils ont lancée et portée tout ce temps et dont le Biplan fait partie. Il me faudrait un long article pour expliquer en détail à quel point Yagg m’a soutenu ces dernières années, que ce soit par ses informations, ses tribunes et ses entretiens, ou par les projecteurs régulièrement et aimablement mis sur tel ou tel blog, dont le mien. Ça a été un pas de plus dans la visiBIlité et cela restera à l’honneur de Yagg.

Cependant, si vraiment Yagg risque de disparaître bientôt, et sa ferme de blogs avec lui, il est bien sûr hors de question que le Biplan s’écrase en même temps. Non, ce vieux coucou volant, fort désormais de 90 billets, doit poursuivre son vol l’hélice haute, tout brinquebalant et incertain soit-il ! Par chance, la plate-forme des blogs Yagg étant fondée sur WordPress, elle offre des possibilités faciles d’export vers d’autres sites. J’avais réalisé des sauvegardes manuelles à coups de copier-coller, mais il faut convenir qu’un simple petit fichier XML à transférer est beaucoup plus pratique.

C’est ainsi que le Biplan existe d’ores et déjà à une nouvelle adresse : lebiplan.wordpress.com Qu’on se le dise ! L’ensemble des anciens billets est déjà disponible, mais il y aura inévitablement des ajustements et des peaufinages à faire dans un avenir proche.

L’adresse de courriel liée à ce blog, elle, ne change pas et reste < silvius-biplan (arobase !) hotmail.fr > (C’est aussi l’occasion de découvrir ou de redécouvrir que vous pouvez m’envoyer des mails et pas seulement des commentaires sous les billets.)

La vie est toujours aussi prenante, mais je tâcherai de continuer à alimenter ce blog, qu’il s’agisse de couvrir les Journées de la bisexualité en septembre et la Marche des fiertés au printemps ou de poursuivre avec joie et fermeté la lutte pour les droits des LGBT, c’est-à-dire pour les droits humains, face aux réactionnaires aigris.

Je tiens à remercier aussi l’association Bi’cause, qui, dès qu’elle a appris la mise en liquidation de Yagg, s’est inquiété de la possible disparition du Biplan et m’a aussitôt proposé d’en remettre en ligne les principaux articles sur le site de l’association. Il s’avère que la partie technique est beaucoup plus facile que prévu et que j’ai pu déménager le blog en un clin d’oeil ailleurs sur WordPress sans que le webmestre de Bi’cause s’échine à copier-coller les 90 billets… mais je n’exclus pas d’écrire aussi directement pour le site de Bi’cause !

Il me reste à espérer que Yagg, à son tour, renaisse un jour et « s’élève comme un phénix », comme chanterait Conchita Wurst avec espoir, car c’est l’espoir qui fait vivre – l’espoir et la lutte.

Pensez à mettre à jour vos favoris, marque-pages et flux RSS préférés avec la nouvelle adresse du Biplan !

Bi-Visible, une nouvelle association bi à Toulouse

Logo de l'association Bi-Visbible : deux coeurs, un rose à gauche et un bleu à droite, se superposent poru former la couleur violette, symbole de la bisexualité. Ils portent l'inscription "Bi-Visible" en blanc.
Logo de l’association Bi-Visible.

C’est avec plaisir qu’après une grosse période de boulot et de soucis de santé je reprends (enfin !) mon activité sur ce blog avec une très bonne nouvelle : la création d’une nouvelle association française consacrée à la bisexualité. Je relaie l’article que j’ai trouvé sur le site du groupement d’associations Arc-en-ciel Toulouse et qui a été publié par Michel Megnin le 7 juillet (l’association semble avoir été active depuis le mois de mai) :

AEC souhaite la bienvenue à « BI-VISIBLE »

 Publiée le 7 juillet 2015 | Par Michel Megnin

 

 BI-VISIBLE est une nouvelle association toulousaine dont le but est notamment l’émergence de la visibilité de la bisexualité au sein de la société.

 

BI-VISIBLE est désormais association membre d’AEC Toulouse.

Pour toutes les informations sur les futures permanences et activités de BI-VISIBLE :Courriel : infos@bi-visible.com

Téléphone : 07.82.75.53.24

Site Internet : http://www.bi-visible.com

BIENVENUE A BIVISIBLE !

Ajoutons que Bi-Visible dispose aussi d’une page Facebook :

https://www.facebook.com/bivisible

L’association est basée à la Maison des associations, 3 place Guy Hersant à Toulouse. On peut y adhérer à titre individuel pour 15 euros par an, et il est aussi possible d’y adhérer en tant qu’association pour 25 euros. Utile pour soutenir les finances de cette toute jeune structure !  Le bulletin d’adhésion est téléchargeable en pdf sur le site de l’association.

Le site de Bi-Visible est par ailleurs déjà bien rempli, avec des explications sur la bisexualité et son histoire, sur la biphobie, sur l’invisiBIlité et sur les autres orientations sexuelles. L’association reprend et approuve le Manifeste des bisexuelles et bisexuels élaboré par l’association Bi’cause (lien vers le Manifeste en pdf). Enfin, l’association recherche des témoignages de bi-e-s à publier sur son site : vous pouvez envoyer le vôtre via ce formulaire.

Il faut rappeler que les associations spécifiquement bi sont encore peu nombreuses en France, où l’association parisienne Bi’cause a longtemps été la seule à représenter les bi-e-s. Après la création de l’association Bi’Loulous en Alsace en 2013 et la création en février 2015 d’un « cercle bi » spécialement consacré à la bisexualité au sein du MAG Jeunes LGBT Paris, la création de cette nouvelle association répond visiblement à un besoin dans le Sud et est très encourageante. Pour autant, les associations bi sont encore de petites structures qui ont besoin de tous les soutiens possibles afin de pouvoir remplir leur rôle dans et hors de la communauté LGBT+++

Souhaitons que cette nouvelle association s’épanouisse durablement et facilite la vie à de nombreuses personnes qui vivent ou découvrent leur bi- ou pansexualité à Toulouse ou plus généralement en Midi-Pyrénées.

Le MAG Jeunes LGBT de Paris ouvre le "Cercle B" adressé aux bi

Le local du MAG Jeunes LGBT Paris, près de Nation.
Le local du MAG Jeunes LGBT Paris, près de Nation.

Je relaie avec grand plaisir cette information diffusée par l’association MAG Jeunes LGBT de Paris :

Ouverture du Cercle B !

C’est officiel, le MAG Jeunes LGBT lance sa commission sur les bisexualités !

Que vous soyez bisexuel•le, pansexuel•le, bi-romantique, hétéro- ou homo-flexible, fluide (et tous les autres), si vous avez entre 15 et 26 ans, vous êtes chaleureusement invité•e•s à rejoindre le Cercle B ! Que vous ayez déjà fréquenté le MAG Jeunes LGBT ou que cette association vous soit totalement inconnue, vous êtes tous et toutes les bienvenues.

Le Cercle B sera chargée d’organiser des événements conviviaux et parfois militants à destination de toutes les personnes nommées précédemment, pour passer de bons moments, pour rire, pour discuter, pour s’informer tout en étant visibles au sein de la communauté LGBT.

Dans l’idéal, nous souhaitons pouvoir vous proposer un rendez-vous par mois. Les réunions conviviales de la cellule B se feront sous la forme d’apéros en semaine au local du MAG, pour faire connaissance, discuter, s’amuser et accueillir à bras ouverts les nouveaux et nouvelles venu•e•s. Nous comptons également vous proposer des sorties (par exemple au cinéma). Nous sommes bien évidemment ouverts à toutes les propositions d’activités !

Notez que notre premier rendez-vous aura lieu le mercredi 18 mars, de 19h à 22h après la permanence, au local du MAG (106 rue de Montreuil, Métro Nation ou Avron). N’hésitez pas à ramener boissons non alcoolisées et de quoi grignoter.

Notre but est avant tout de vous proposer un cadre rassurant et convivial, mais également de vous informer sur les bisexualités et les non-monosexualités en règle générale. Nous serons là pour vous aider à trouver des réponses à vos questions sur le sujet.

Si vous venez pour la toute première fois au local du MAG lors des événements du Cercle B et que vous ne connaissez pas l’association, pas d’inquiétude : un accueillant sera toujours présent pour vous expliquer le fonctionnement et les activités de l’association et vous présenter au reste du groupe.

Pour être tenu•e au courant de toutes les activités du Cercle B, demandez à être ajouté à la mailing-list en contactant directement un des responsables à cercleb[at]mag-paris[point]fr ou en demandant la liste papier à un accueillant au local.

Outre la liste d’information en question, les informations devraient être bientôt relayées sur le site du MAG Jeunes LGBT de Paris. Les événements du « Cercle B » seront aussi relayés sur la page Facebook de l’association.

Léa et Charly, responsables du Cercle B au MAG Jeunes LGBT Paris.
Léa et Charly, responsables du Cercle B au MAG Jeunes LGBT Paris.

Connaissant la quantité et la qualité du travail abattu par les gens du MAG Jeunes LGBT, que ce soit en matière d’écoute, d’accueil, de prévention des discriminations ou d’événements culturels, militants ou encore festifs, je ne peux que me réjouir de la création de cet espace de discussion et d’événements au sein de l’association, qui devrait aider encore mieux les jeunes bi à l’avenir ! Une suggestion pour la suite : prévoir aussi un « Cercle B » au sein du MAG de Strasbourg ?

Mise à jour à 17h55 : ajout de photos aimablement fournies par le MAG.

Appel à témoignages : une étude sociologique sur la bisexualité

J’ai été contacté il y a quelques semaines par Félix Dusseau, de l’université de Bordeaux, qui réalise un mémoire de sociologie sur la bisexualité en France et recherche des personnes intéressées par une participation à cette étude. Vous pouvez y participer de deux façons : en remplissant un questionnaire en ligne (anonyme et pas bien long) ou, pour aller plus loin, en contactant F. Dusseau pour passer un entretien avec lui (de vive voix ou par Skype). Je lui laisse la parole avec une copie d’une partie du message qu’il m’a envoyé :

Actuellement en licence de sociologie, je réalise un mémoire sur la bisexualité. Cette étude, commencée il y a déjà plusieurs mois, a pour but de se transformer en mémoire de master puis, je l’espère en thèse. Aujourd’hui trop peu d’études (voir aucune en France) ne traite spécifiquement de cette pratique / identité. Or cette thématique soulève de nombreuses questions tant du point de vue des sciences humaines et sociales que du point de vue des individus eux-mêmes (je suis assez surpris des demandes qui me sont faites lors des entretiens avec de vraies questions sur la bisexualité émanant de personnes elles-mêmes bisexuelles).

(…) Mon étude est avant tout qualitative ; Je réalise des entretiens (en face à face ou par skype) afin de mieux saisir les tenants et aboutissant de la bisexualité. De plus j’ai réalisé un questionnaire sur la bisexualité afin d’avoir quelques données statistiques. C’est surtout avec celui-ci que votre aide serait plus que bienvenue : j’ai actuellement 447 réponses mais elles proviennent en majorité de femmes. Il me serait donc utile d’avoir des réponses d’hommes.

Le questionnaire est disponible à cette adresse :

https://docs.google.com/forms/d/1mROGE66-7vUVBi7sNUGBcOdRpBOeu1NeVH1IkMnZSe0/viewform

Bien entendu l’étude est totalement anonyme (tant pour les questionnaires que pour les entretiens) et chaque participante aux entretiens recevra la retranscription de ce dernier ainsi qu’un exemplaire pdf du mémoire.

Quelques précisions supplémentaires :

Je cherche aujourd’hui différents types de personnes :

– des personnes (hommes ou femmes) qui n’ont jamais eu d’expériences bisexuelles mais qui désirent en avoir ;
– des personnes (hommes ou femmes) qui ont ou ont eu des pratiques sexuelles bisexuelles soit uniques, soit occasionnelles soit régulières ;
– des personnes (hommes ou femmes) auparavant hétérosexuelles qui ont eu une expérience sexuelle bisexuelle et se sont mises en couple avec le/la partenaire en question;
– des personnes (hommes ou femmes) qui ont eu à la fois des expériences sexuelles et de couple avec les deux sexes, sans distinction.

Je n’ai pas eu de mal à trouver des femmes mais les hommes se font plus rares. Je recherche donc des personnes prêtes à participer à cette étude avec une mention spéciale pour :

– des femmes de plus de 30 ans (j’ai actuellement beaucoup de participantes âgées entre 18 et 25 ans mais je manque de personnes plus âgées) ;
– des hommes (peu importe l’âge) avec une légère préférence pour ceux se situant dans les catégories 1 à 3.

Les entretiens peuvent se faire en face à face pour ceux résidant en Gironde (voir à Paris quand j’y monte) ou via skype. Leur durée est variable (actuellement le plus court a duré 30 minutes et le plus long 5h, la moyenne se situant aux alentours d’1h30-2h) Bien entendu ces entretiens sont totalement anonymes et toute personne participante recevra une copie pdf des travaux publiés.

Le lien vers le questionnaire en ligne est ci-dessus. Si vous avez envie de participer à un entretien, vous pouvez contacter ce chercheur par courriel à felix.dusseau (arobase) gmail.com ou en prenant contact avec lui via les commentaires au présent billet de blog.

Je soutiens naturellement ce travail de recherche, d’autant que les études spécifiquement consacrées à la bisexualité en France sont encore rares, alors n’hésitez pas à participer !

Plug and pray

Voici une réaction à l’article : L’«arbre» de Paul McCarthy vandalisé. En deux mots, l’artiste américain Paul McCarthy a fait installer, place Vendôme à Paris, une structure gonflable géante dont la forme géométrique évoque un sapin, ou bien, si l’on est expert de ce sujet, un plug anal (pour les oies blanches parmi vous, il s’agit d’un petit sex toy qu’on fait entrer délicatement dans l’anus, avec du lubrifiant, pour en tirer de doux plaisirs). Naturellement, la chose ne pouvait pas plaire à tout le monde. Atroce gaspillage de l’argent public, pour ceux qui n’aiment pas. Amusante provocation, pour ceux qui aiment et qui y voient un plug. Rien de particulier, pour les autres passants qui étaient trop pressés ou indifférents pour prendre le temps de faire un bon vieux scandale. Mais voilà que l’artiste accueilli dans notre douce France s’est fait agresser par un homme furieux (un habitant de la place, peut-être ? voilà qui ne va pas améliorer la réputation de ce quartier déjà sensible), et que, dans la nuit d’hier à aujourd’hui, le sapin a été vandalisé…

***

C’est trop tentant, il faut imaginer la scène. Une nuit noire pèse sur la place Vendôme. A la lueur trouble des vitrines de bijoutiers, une silhouette furtive s’approche subrepticement. Qui est-elle, cette main vengeresse ? L’Histoire nous le dira peut-être. Devant elle, voici que trône, menaçante, la silhouette oblongue de la décadence faite plastique. Du sapin, Paul McCarthy avait retenu la forme pyramidale, le vert apaisant, la rondeur. Notre Robin des bois du Ier arrondissement, lui, n’a retenu que l’aiguille.

Les retrouvailles sont assassines. Tel Brutus le jour des Ides de mars, notre héros plante son stylet improvisé dans les entrailles de l’arbre, figure après tout aussi paternelle que phallique. Percé au coeur, le roi des forêts s’affaisse lentement sur lui-même. Son meurtrier écoute sans frémir le « flblblblblbl » pathétique. Il est droit, il est fier, il porte en lui l’identité du pays, il en est sûr. Voici mise à bas la plante gonflable. L’ordre moral est rétabli dans la maison France.

Car enfin, quoi ! Cette forme arrondie, verte, neutre à souhait, il était indéniable qu’elle ressemblait à un sex toy ! Et comment cet artiste – du moins est-ce ainsi qu’il s’autoproclamait, l’impudent – a-t-il osé montrer tout haut ce que les gens s’enfilent tout en bas ? Ne savait-il pas que la sexualité est une chose terrible ? Ignorait-il qu’en France, contrairement à ce qu’espéraient ces dangereux utopistes de 68, on ne peut toujours pas jouir sans entraves ? Avait-il oublié qu’en 2014 après Jésus-Crispe, dans la République de Fronce, la vie est faite pour travailler le jour avec un oeil sévère et pour s’accoupler en silence la nuit, le doigt tremblant, en priant pour ne pas être entendu des voisins (qui, eux, se sont sûrement attardés à regarder la rediffusion de ce salutaire reportage sur les fraudes aux aides sociales) ? Il fallait, après tout, clarifier ce qu’il est convenable d’avoir dans le cul : un balai, oui, un sex toy, certainement pas.

Oui, vraiment, la ressemblance était dérangeante. La ressemblance, que dis-je ? C’était un plug, un gigantesque plug ! Il était impossible d’y voir autre chose. Impensable, par exemple, d’y voir simplement un genre de gros jouet de Noël symbolique (éloignez les enfants, ils auraient tout de suite vu que c’était sexuel, à n’en pas douter). Inconcevable, aussi, d’y voir une dénonciation ironique de l’infantilisation croissante qui s’empare des logos, interfaces et « applis » informatiques actuelles, où le moindre bouton à cliquer devient rond et coloré comme un hochet.

Quant à y voir ce qu’Umberto Eco appelle une « oeuvre ouverte », une oeuvre volontairement ambiguë, laissant libre l’imagination et l’interprétation à chaque passant, c’était hors de question. Laisser les gens libres d’aimer ou non, libres de réfléchir par eux-mêmes à ce qu’ils voulaient voir là, vraiment, et puis quoi encore ? Heureusement qu’il y a toujours un troll professionnel pour venir marquer son territoire, éructer sa petite injure, apposer son petit coup de griffe. Voilà vraiment qui fera la grandeur du pays, et voilà qui est très bon signe pour le respect de cette fameuse liberté d’expression si ardemment réclamée par les extrémistes (qui auraient du mal à trouver d’autres arguments, vu l’inanité de leurs propos).

Vous savez, il me plaît bien, cet arbre ambigu. D’ailleurs, je le remets en photo, tiens.

[Samedi 28 juin 2014] Bi'cause à la Marche des fiertés de Paris

17maiOK

Les Marches des fiertés ont commencé depuis déjà un petit moment, mais mieux vaut tard que jamais pour un petit article d’informations pratiques.

Naturellement,  il y a eu, il y a et (j’espère) il y aura encore de nombreuses personnes bisexuelles de toutes identités de genre pour se rendre aux Marches des fiertés organisées un peu partout en France. Mais les bi restent plus visibles dans les cortèges associatifs. Cette année, la seule association dont je connaisse la présence à une Marche est la plus ancienne, Bi’cause, qui sera présente comme toujours à la Marche des fiertés de Paris ce samedi.

– Quand ? Ce samedi, le 28 juin 2014, à partir de 14h.

– Où ? Attention, cette année la Marche démarrera à Luxembourg (et non à Montparnasse comme les années précédentes). La Marche se rassemblera sur la place Edmond Rostand, tout près de l’arrêt Luxembourg et devant le jardin du… Luxembourg. Le cortège de l’association Bi’cause, lui, se trouvera à hauteur du 73 boulevard St Michel, devant le magasin « Artisanat d’Iran ».

– Pour quel parcours ? Le parcours est donc différent des années précédentes : la Marche ira de Luxembourg à République. Les détails et le plan du parcours sont sur cette page du site de l’Inter-LGBT.

– Quel sera l’ordre de marche ? Comme chaque année, connaître l’ordre de marche est un excellent moyen de bien se repérer dans la manif. L’ordre dans lequel défileront les 77 associations présentes cette année est indiqué sur cette page, toujours sur le site de l’Inter-LGBT. L‘association Bi’cause sera le sixième cortège en partant de la tête de la manif’.

Que vous vouliez afficher votre fierté en tant que bi ou bien tout simplement que vous vouliez venir nous poser des questions sur la bisexualité et les bi (et récupérer de la documentation dessus), n’hésitez pas à venir vous joindre à nous, même pour un moment !

De plus, si vous êtes bi et motivé-e, vous pouvez venir à l’emplacement de départ un peu avant 14h afin de donner un coup de main à la décoration de la camionnette.

Petits conseils pratiques (d’expérience) : prenez un chapeau ou une casquette et des lunettes de soleil (il fait généralement beau et chaud et on marche pile sous le soleil, rarement à l’ombre) ; prenez de quoi boire, voire de quoi manger ; et vraiment, imprimez non pas simplement le parcours mais aussi l’ordre de marche des cortèges (cf. plus haut), c’est hyper utile pour vous repérer et bien profiter des différents chars et cortèges.

Je termine en remerciant l’Inter-LGBT pour l’énorme boulot qu’elle accomplit chaque année dans l’organisation de la Marche. N’oubliez pas que l’Inter-LGBT recherche elle aussi des gens motivés pour donner un coup de main dans l’organisation.

LogoBicausePetitP.S. : N’oubliez pas de consulter aussi l’agenda de Bi’cause pour connaître les prochains événements !