Mariage pour tous : agissons jusqu'au bout !

Je ne sais pas vous, mais ces temps-ci, je trouve cette pseudo-Manif’ pour tous beaucoup trop remuante. Même s’ils ne sont toujours qu’une poignée, et même si je ne suis pas sûr qu’ils convainquent grand-monde, il faut s’en méfier, parce que leur mini-lobby s’est doté de tous les outils pour générer des nuages de fumée et se faire passer pour plus représentatif qu’il ne l’est. Il y a plus grave : le vote au Sénat n’est pas encore fait et il ne faudrait pas que ce sursaut des réacs fasse échouer le projet si près du but.

Alors, on va se battre jusqu’au bout pour ce projet de loi, oui ou non ?

– Ce que j’ai pour le moment, c’est la dernière pétition en date d’Allout pour soutenir le projet avant son vote au Sénat. A signer et à diffuser autour de vous si ce n’est pas déjà fait.

– Ce que vous pouvez faire aussi, c’est, comme le font en ce moment même les opposants au projet, contacter votre sénateur pour lui manifester votre soutien au projet de loi. Là, c’est sûr qu’on n’a pas encore de site zombifiant comme ce que les anti- ont mis en place, avec un fichage systématique des sénateurs, une interface infantilisante à la Google et des messages non modifiables. Par contre, vous pouvez en profiter pour vous renseigner sur votre sénateur, trouver son site et son adresse mail. Sur le site du Sénat, vous avez une page pour trouver votre sénateur. Vous y trouverez parfois directement son adresse mail. Vous pouvez aussi carrément lui envoyer une lettre à l’adresse du Sénat, c’est expliqué ici. Ça ne prend pas tant de temps que ça, c’est une démarche citoyenne et ça vous apprendra des choses sur ceux qui vous représentent. C’est aussi le seul moyen d’action directe pouvant peser sur le vote.

– Sur les réseaux sociaux, il y a en ce moment un truc qui consiste à ajouter sur son profil (parfois à la place de la photo de profil, parfois en plus) le symbole de l’Human Rights Campaign qui est utilisé en ce moment même aux États-Unis pour soutenir le mariage pour tous auprès de la Cour suprême (voyez sa page Facebook par exemple). Le site www.egalitepourtous.fr/ vous permet de générer une image de profil affichant ce symbole en surimpression sur l’image (une photo, un dessin, ce que vous voulez).

– Par ailleurs, il vaut toujours la peine de relayer des articles comme celui du « Monde » sur « la grande illusion » (qui montre que le mouvement des anti- est beaucoup moins divers et apolitique qu’il ne le prétend, et aussi qu’un tiers des associations ne sont que des coquilles vides), ou les communiqués de l’Inter-LGBT, ou les tribunes et articles du même genre sur lesquels vous pouvez tomber.

L’enfumage du plan comm’ des réactionnaires ne passera pas ! On ne lâche rien !

Publicités

[Événement] Bi'cause les 25 et 28 mars 2013 ; logo de Bi'Loulous

(Incroyable, je poste une annonce d’événements vraiment en avance. Tout est possible.)

Bi’cause à Paris

– le lundi 25 mars, la prochaine Bi’causerie de l’association Bi’cause sera une rencontre avec l’association LGBTI++ « Les oubliés de la mémoire », qui œuvre pour la préservation et la diffusion du savoir concernant les personnes déportées pendant la seconde guerre mondiale en raison de leur identité de genre et/ou de leur orientation sexuelle-sentimentale (notamment les « triangles roses »). La Bi’causerie aura lieu à 20h au Centre LGBT Paris-Île-de-France (après 20h, sonnez).

le jeudi 28 mars aura lieu la Bi’envenue mensuelle de l’association, destinée à des échanges conviviaux autour de la bisexualité, notamment pour les gens qui ne sont encore jamais venus, et aussi à présenter l’association aux personnes potentiellement intéressées (parce que c’est aussi le soutien des adhérents qui fait progresser la représentation des bi parmi les LGBTI+++ et auprès du grand public !).

Bi’Loulous

Vendredi (le 15 mars) a donc eu lieu la réunion fondatrice de l’association strasbourgeoise Bi’Loulous. L’association nouvelle-née vient juste de se doter d’un logo que je reproduis ici :

Logo-BiloulousVous pouvez aller voir leur site, vous présenter sur leur forum (nouveau-né aussi), et voir leur page Facebook. Pour les contacter, vous pouvez leur envoyer un mail à assobiloulous (arobase) gmail.com. Gageons que les annonces de futures activités ne vont pas tarder, mais, pour le moment, il faut surtout faire connaître cette toute nouvelle association et faire venir du monde, alors n’hésitez pas à diffuser l’information autour de vous !

[Événement] Une nouvelle association bi : Bi'Loulous, en Alsace

Il y avait déjà Bi’cause à Paris depuis 1997 et France Bisexualité Info près de Lyon depuis mars 2012*. À Strasbourg existait depuis 2007 le groupe bi Ambivalences, qui en restait volontairement à une simple association de fait (sans statuts). Désormais, on comptera en France une troisième association de statut (en l’occurrence une association de droit local alsacien-mosellan, merci au Maître des bouviers pour la correction) consacrée aux bisexuels et aux pansexuels : c’est avec beaucoup de plaisir que je relaie ici l’annonce de la constitution prochaine de Bi’Loulous, association basée à Strasbourg et destinée aux bi et aux pan de l’Est de la France.

L’assemblée générale constitutive de l’association, précédée d’un apéritif, aura lieu vendredi qui vient, le 15 mars, à 20h, à La Station, qui est le Centre LGBTI de Strasbourg, au 7 rue des écrivains. Pour les informations pratiques, vous pouvez d’ailleurs aller consulter le site Web de La Station. L’assemblée constitutive dispose aussi d’un événement sur Facebook.

L’association dispose d’un forum tout neuf et d’une page Facebook, et a l’intention de à disposition de tous un maximum de documents portant sur les activités de l’association dans une volonté de transparence. Jugez plutôt d’après l’annonce faite sur l’événement Facebook :

Venez nombreux à l’assemblée générale constitutive de l’association Bi’Loulous, la seule association représentant les personnes bisexuelles et pansexuelles à l’Est de la France !

Objets de la réunion :
1) Adoption des statuts discutés
2) Signature des statuts par au moins sept membres fondateurs
3) Vote du bureau directeur

S’en suit une petite réunion des bénévoles de l’association :
1) Discussion et adoption de la charte des bisexuels et pansexuels
2) Brainstorming des activités envisageables sur l’année
3) On bouffe ! N’hésitez pas à ramener un petit quelque chose 🙂

Veuillez noter que les membres fondateurs signataires ont surtout une valeur représentative (la preuve qu’il y a assez de personnes dans l’asso) et qu’il n’y a pas beaucoup plus de responsabilités.
Les documents seront TOUS accessibles au public mais ANONYMISÉS

Pour plus d’informations, reportez-vous au forum de l’association : http://biloulous.xooit.fr/

Les statuts provisoires sont accessibles ici :
https://docs.google.com/document/d/1uLw3PLXohn4qaApK9CJEfqXZHux_shdWNmihdz49Ioo/edit?usp=sharing

Et les autres documents :
http://biloulous.xooit.fr/t4-Documents-de-fonctionnement-de-l-association.htm

J’espère que les bi et les « bi-alliés » seront nombreux au rendez-vous le 15, et je souhaite un bel avenir à cette nouvelle association, dont je tâcherai de relayer ici les activités !

______________

* Malheureusement, je commence à m’inquiéter au sujet de France Bisexualité Info, qui paraît rencontrer quelques problèmes en ce moment. D’après ce que j’ai pu lire, il semble que son président a eu maille à partir avec des homophobes locaux… Le blog de l’association, qui se trouve normalement à l’adresse http://www.france-bisexualite-info.over-blog.com/ (si vous tombez sur http://fbi.france.bisexualite.info.over-blog.fr/, sachez que c’est un ancien blog datant d’avant la création de l’association), n’est plus accessible depuis quelques semaines. J’espère que les membres de l’association redonneront rapidement signe de vie et que le site sera bientôt de retour en ligne : cette association est importante et doit poursuivre ses activités, avec tous les coups de main nécessaires si besoin.

La bisexualité, grande oubliée du débat sur le mariage

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai été choqué par la déferlante d’homophobie décomplexée qui a inondé les médias et Internet à l’occasion de la présentation du projet de loi sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, puis de sa discussion à l’Assemblée nationale. J’ai eu de la chance dans la vie et je ne peux pas prétendre avoir été souvent confronté à de l’homophobie directe et violente : la campagne de désinformation pure menée par les opposants au projet de loi a été la première fois où je me suis senti profondément rejeté et détesté à cause de mes attirances et de mes sentiments.

 

Mais, en tant que bisexuel, une violence supplémentaire, plus insidieuse, a été l’absence totale de la moindre mention des personnes bisexuelles dans ce débat. D’emblée, et cela même dans les propos des meilleurs défenseurs du projet (tu quoque Taubira), la loi a été présentée en termes d’ouverture du mariage à une catégorie prédéfinie de personnes qui serait « les homosexuel-le-s ». C’est comme si même les partisans du projet les plus progressistes s’étaient avérés incapables de le porter dans toute son ampleur, dans toute sa grandeur aussi : le fait qu’il ne recourt nulle part à la notion d’orientation sexuelle ou sentimentale, et raisonne uniquement en fonction du sexe des personnes à marier.

 

Je ne répèterai jamais assez à quel point cette approche est une bonne chose, et à quel point les mots sont importants : c’est bel et bien de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe qu’il s’agit, et non d’un quelconque « mariage gay ». Le droit de se marier à une personne du même sexe que soi est un droit que tout le monde va acquérir (même Christine Boutin et André Vingt-Trois, ne leur en déplaise) : ça, ça a été dit, mais personne ne semble avoir osé en tirer les (excellentes) conséquences, à savoir que toutes les citoyennes et tous les citoyens français, sans distinction d’orientation sexuelle/sentimentale, vont avoir désormais la liberté de se marier avec un autre adulte consentant sans distinction de sexe.

 

Le changement principal, le bouleversement, l’incroyable progrès est ici : la loi, techniquement, ignorera désormais le sexe de la personne avec laquelle vous voulez vous marier. Homme ou femme, ce sera le même mariage et (presque : espérons que la suite viendra) les mêmes droits.

 

Il suffit de réfléchir deux secondes pour comprendre à quel point cette loi est incroyablement favorable aux bi et favorable aussi à une conception plus fluide de la vie sexuelle et amoureuse en France. Désormais, non seulement il sera légal d’envisager un amour-toujours avec quelqu’un du même sexe dans le cadre du mariage, tout comme c’était possible jusque là avec une personne de l’autre sexe, mais il sera aussi légal de mener une vie de couple successivement avec un mari puis avec une épouse ou inversement. De plus, la progression déjà nette (même si encore très perfectible) des droits accordés aux couples de même sexe diminue le gouffre qui existait jusque là entre les deux types de couples, ce qui confère une légitimité déjà plus égale à ces deux types de vie de couple : cela réduit en partie la désagréable schizophrénie que j’évoquais parmi les difficultés rencontrés par les bi dans leurs perspectives de vie dans un précédent billet.

 

Alors, pourquoi ne pas avoir parlé ici plus tôt du mariage pour tous ? Je dois dire que j’ai l’impression de m’être fait avoir. D’avoir cédé à la pression imbécile des homophobes (lesquels sont évidemment biphobes sans le savoir puisque leur vision du monde n’inclut même pas la possibilité d’une bisexualité : je suppose qu’on doit être des espèces d’aliens pour eux), et d’avoir laissé les opposants influer sur les termes du débat, nous ramener par leurs propos à une simple défense de l’homosexualité comme on ne devrait plus avoir à en faire, contre des critiques dont l’archaïsme donnait régulièrement dans l’anachronisme.

 

Atterré par ce nivellement du débat, je me suis laissé aller à penser parfois qu’au fond on avait déjà assez de mal à parler des homos sans se faire taper sur la gueule, alors je n’allais pas « en plus » parler des bi. J’ai craint qu’une mise en avant du caractère admirablement progressiste et « bi-friendly » de cette loi ne la rende encore plus compliquée à défendre et ne fasse que donner aux opposants matière à davantage de désinformation et de propagation de clichés.

 

Il est déjà difficile d’être une minorité dans la minorité, de devoir toujours faire l’effort supplémentaire de signaler aux minorités qu’on existe aussi et qu’on aimerait bien avoir pignon sur rue, être inclus nous aussi dans la prise en compte scrupuleuse des différentes sensibilités, des différents modes de vie possibles autres qu’hétéronormés.

 

Mais pendant tout ce débat, je me suis senti littéralement nié dans ce que j’étais. Pas un mot sur la bisexualité, sur l’éventualité même de vivre une vie où l’on peut ressentir du désir et des sentiments aussi bien pour des gens de l’autre sexe que pour des gens du même sexe. Ce n’était même pas qu’on en parlait sur le mode de la critique ou de l’insulte plus ou moins déguisée, comme c’était le cas pour l’homosexualité : on n’en parlait même pas. Ce n’était pas dans les termes du débat. On ne posait même pas la question. Ni les députés, ni les sociologues ou autres universitaires que j’ai pu lire, ni les journalistes n’ont jamais inclus la bisexualité dans cette loi qui concerne pourtant les bi au premier chef… et qui concerne tous les Français dans leurs libertés.

 

Au fond, ce projet de loi accorde à tous une liberté dont personne ne veut prendre vraiment la mesure. Chacun a continué à penser avec des catégories contestables et dépassées, cette bipartitition homo/hétéro si confortable pour la majorité qui se croit hétéro, si utile pour rejeter toute attirance vers le même sexe dans une altérité radicale, un autre monde. Le projet de loi, heureusement, est plus évolué que cela.

 

Cette absence complète de la bisexualité et des bi dans le débat est le dernier exemple en date, et le plus criant, de ce qu’on appelle « l’invisibilisation de la bisexualité », et que j’appelle souvent ici « invisiBIlité ». La bisexualité est là, elle concerne des millions de gens en France, même si tous ne s’en revendiquent pas comme d’une étiquette communautaire et/ou militante – ce qui ne change rien à la nécessité de prendre en compte leur sensibilité et leurs problèmes. La possibilité et même la réalité de la bisexualité, dans ses multiples nuances, est connue au moins depuis les rapports Kinsey, mais tout se passe comme si la société française ne se décidait toujours pas à la digérer.

 

Il le faudra bien, et je pense que cette loi y aidera beaucoup. On peut espérer que d’ici une ou deux générations, les catégories homo/hétéro seront enfin nuancées, au moins par ce troisième terme commode qu’est « bisexuel », voire par une palette encore plus riche. Mais comme d’habitude, rien ne changera si on ne se bouge pas, que ce soit dans les discours médiatiques et savants ou tout simplement dans la vie quotidienne.

 

Si on ne prend pas la parole au nom des idées progressistes, il y aura toujours des conservateurs, voire des réactionnaires, pour emprisonner la discussion dans des termes complètement archaïques, en décalage complet avec la réalité des vies.

 

Bref, j’ai eu tort de me taire si longtemps sur ce sujet, et j’en ai un peu honte… mais mieux vaut tard que jamais.

 

C’est pourquoi je suis d’autant plus heureux d’annoncer le sujet de la prochaine Bi’causerie à Paris, qui aura lieu ce lundi 11 mars, et qui portera précisément sur « Bisexualité et mariage pour tous » :
Cher(e)s ami(e)s, Bi’causien(ne)s,
Nous vous invitons à la prochaine Bi’causerie qui aura lieu le lundi 11 mars, à 20 h. Le thème en est le suivant :
 
La loi sur le mariage bientôt votée ? Sa place dans le mouvement général pour l’égalité des droits… Et qu’en pensent les bi-e-s ? L’adoption, la filiation, comment ? La PMA quand ? Et les trans’ ? Vastes sujets que nous aborderons lors de la Bi’Causerie du 11 mars.
 
Au Centre LGBT, 61-63 rue Beaubourg, 75003 Paris
Après 20 h, sonnez.
Métro : Arts et Métiers, Rambuteau, RER Châtelet – Les Halles Bus 38, 47, arrêt Grenier Saint-Lazare – Quartier de l’Horloge Vélib’ stations n° 3010 et n° 3014
 
à bientôt !
L’équipe de Bi’Cause

 

Association Bi’Cause
« Parce que l’amour est un droit… »
Site internet :http://bicause.webou.net (nouveau site)
Infoline et répondeur : 06 44 22 20 62 (nouveau numéro)
Page Facebook : www.facebook.com/Bi.Cause
Compte Twitter : www.twitter.com/Bi_Cause
Adresse postale :  c/o Centre LGBT,61-63 rue Beaubourg, 75003 Paris.
Venez en nombre !